Historique

Le Club Les Amoureux de la Motoneige Inc. a été fondé dans la petite municipalité de Baie-des-Sables en 1974. À l’origine, le Club entretenait des sentiers, à l’aide d’une motoneige et d’une snowmobile, dans les secteurs de Baie-des-Sables, Les Boules, Sayabec, St-Damase et St-Ulric.

C’est en 1978, à la demande d’une centaine de motoneigistes, que quelques hommes de Matane reprirent le flambeau afin d’augmenter le nombre de membres, le territoire desservie et par le fait même, les revenus. Le Club était désormais basé à Matane et donnait des services aux membres de toute la MRC de Matane, soit de Padoue jusqu’à Les Méchins. C’est aussi à cette époque que le Club s’est permis l’achat d’un Skidozer, mais non sans risque financier pour les administrateurs.

 D’année en année et d’efforts en efforts, la popularité de la motoneige s’est vue augmenté considérablement. Le nombre de membres est passé de 300 pour atteindre un sommet de 927 membres en 1993. Durant les années suivantes, le Club avait en moyenne 825 membres par année.

 De plus, en corrélation directe avec le nombre de membres, le réseau des sentiers s’est accru dans toute la MRC pour répondre aux besoins de la clientèle motoneigiste qui devenait de plus en plus nombreuse. Le Club est donc passé de 140 kilomètres de sentiers en 1974 jusqu’à 350 kilomètres en 1995. En 2009, nous avons toujours environ 350 kilomètres de sentiers à entretenir. Ces kilomètres de sentiers demandent, en moyenne 1 900 heures de surfaçage chaque saison.

 Certains évènements majeurs ont marqué l’histoire de la motoneige dans notre région et ont favorisé l’essor de ce sport. En 1989, à l’occasion des Jeux d’hiver du Québec qui se sont déroulés à Matane, quelques membres du conseil d’administration se sont rendus à Val d’Or pour ramener le flambeau des Jeux. Ces randonneurs motoneigistes traversèrent le Québec en s’arrêtant dans 14 villes, toujours encouragé par la population et les médias. Cette randonnée fut un événement médiatique marquant qui, sans nul doute, favorisa la croissance du sport ainsi que l’essor touristique dans notre région.

 D’autres événements ont aussi marqués et fait connaître le Club Les Amoureux de la Motoneige, tel que la confection du tracé géographique du Grand Raid Harricana par des bénévoles du Club et ce, à deux reprises.

Il ne faut surtout pas oublié les nombreuses courses d’accélération régionale, les accélérations sur pelouse en 1998 et 1999 et plus récemment, le drag 2009 et les Festidrag Castrol 2008 et 2009 à l’aéroport de Matane.  Toutes ces activités attirant toujours les motoneigistes et la population locale, mais aussi les touristes désireux de participer aux activités et visiter notre superbe région.  Ces réalisations ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres.

 Durant la période d’abondance des années 1990, le Club Les Amoureux de la Motoneige avait réussi à obtenir plusieurs acquis. Le Club avait assez de ressources financières pour payer des chauffeurs de surfaceuses pour l’entretien des sentiers, une secrétaire pour gérer le bureau, un relais afin d’entretenir le sentiment d’appartenance des membres. Des bénévoles étaient nombreux et organisaient des activités qui généraient des profits considérables. Les administrateurs bénévoles du conseil d’administration travaillaient d’arrache pied, mais avaient les ressources financières et humaines nécessaires afin de donner un service de qualité aux membres et aussi à l’industrie touristique qui, de plus en plus, devenait visible.

 Malheureusement, vers les années 1998-99, le «membership» a commencé à diminuer, passant de 825 membres jusqu’à 483 membres en 2005-2006, emportant de ce fait tous les acquis du Club, les revenus, les chauffeurs payés, le secrétariat, le relais, les bénévoles, les activités. Toutefois, malgré toutes ces baisses, les dépenses, quant à elles, n’ont eu de cesse d’augmenter: le prix de l’essence, l’entretien et le coût de la machinerie, le nombre de touristes, sans parler du coût de la vie en générale. Les charges étaient, à cette époque, inversement proportionnelles au revenus, ce qui fait en sorte que les membres du conseil d’administration se sont vu dans l’obligation de trouver des solutions afin de remédier à cette désastreuse situation.

Heureusement, grâce à plusieurs facteurs et après de nombreux efforts,  le Club compte maintenant près de 600 membres, bénéficient d’une subvention supplémentaire annuelle de la FCMQ qui génère des revenus proportionnels aux coûts et aux heures de grattages et plusieurs activités bénéfices qui rapporte de nouveaux revenus pour l’administration et la gestion, mais surtout, un fort sentiment d’appartenance.